Notre philosophie2018-09-28T18:38:28+00:00

Le bon diagnostique, la bonne thérapie, à la bonne personne, au bon moment.

Une prise en charge précise, prouvée et efficace, demeurera notre ligne de conduite médicale.

La médecine personnalisée, anticipative, prédictive et participative suscite de grands espoirs. Mais elle reste trop souvent expérimentale, inaccessible et incertaine dans de nombreux domaines médicaux.

En s’appuyant sur l’analyse du profil énergétique personnel des athlètes de haut niveau, développé depuis 20 ans par le Dr. Laurent Schmitt, notre méthodologie mesure de manière objective les fonctions vitales de chaque individu et lui permet d’optimiser son énergie corporelle quotidiennement par des exercices et des thérapies adaptés à son organisme.

Les modes de vie au travail affectent de plus en plus la santé et le bien-être des employés et pénalise la rentabilité des entreprises.

Difficultés des employeurs :

  • 20 milliards d’euros par an : coût du mal-être au travail à l’échelle européenne.
  • Plus de 85% des maladies professionnelles entraînant un arrêt de travail dans certaines activités.(Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont le 1er facteur de l’inaptitude au travail.)
  • 25% environ de la valeur ajoutée des entreprises : perte engendrée, tous secteurs confondus, par le désengagement salarial.
  • Environ 70 % des entreprises se disent préoccupées par cette réalité aux effets néfastes tant sur un aspect psychologique que financier.
  • Pourtant, environ 65 % des DRH n’ont, à ce jour, mis aucun dispositif en place, permettant d’enrayer ou d’anticiper cette réalité.

L’attente des salariés :

  • 42 % des salariés estiment que leur rythme de travail s’accélère.
  • 1/3 des salariés ne jugent pas leur état de santé bon.
  • 1/4 des travailleurs sont stressés en Suisse.

Les salariés souhaiteraient que leur entreprise leur propose des services pour :

  • Faire du sport : 61 %.
  • Maîtriser leur alimentation : 47 %.
  • Bien dormir : 54 %.
  • Arrêter de fumer : 48 %.

Le statut pondéral et le niveau d’activité physique restent inadaptés.

13% des enfants et adolescents (jusqu’à 17 ans) et 34% des adultes de 18 à 79 ans sont en surpoids, 4% et 17% respectivement sont obèses.

De plus, le pourcentage d’individus présentant un comportement sédentaire est alarmant puisque la moitié des adolescents de 11 à 14 ans, deux tiers des adolescents de 15 à 17 ans et plus de 80% des adultes de 18 à 79 ans sont concernés.

En sept ans, le temps quotidien passé devant un écran, hors temps de travail, a augmenté de 20 minutes en moyenne chez les enfants et d’1h20 chez les adultes. (Selon l’étude INCA 3 de l’ ANSES de juin 2017, (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

La consommation de produits industriels continue à augmenter !

En effet, plus  de la moitié des aliments transformés est issue d’une fabrication industrielle (un tiers est du fait-maison).

Aujourd’hui, grâce à be.care SA, productivité et bien-être ne sont pas incompatibles.

L’espérance de vie en bonne santé (ou sans incapacité) n’augmente plus depuis une dizaine d’année :
64,1 ans pour les femmes et 62,7 ans pour les hommes.

Nous passons un nombre croissant d’années de notre vie : 21 ans pour les femmes et 17 pour les hommes, avec au moins une incapacité ! On observe aussi une augmentation constante du nombre de personne en infection de longue durée.

Stress, pressions multiples, surcharges de travail : une bombe à retardement.

Le phénomène du contrecoup a pour origine un ensemble de circonstances dans lesquelles on peut développer les symptômes d’une maladie ou d’une affection chronique, non pas au cours de l’épisode de stress, mais quand il est passé.

« Mieux vaut prévenir que guérir » : ce vieil adage prend aujourd’hui sa valeur dans la vie professionnelle de chaque individu.

Notre méthodologie permet :

  • d’anticiper et d’agir efficacement afin de rétablir rapidement un équilibre de bien-être et de performance énergétique
  • de réduire efficacement le mal-être au travail
  • de gérer ses activités physiques et son alimentation en fonction des besoins réels de son organisme
  • de signaler un burnout ou une affection chronique grave
(Selon différentes études analytiques transmises sur demande)